Le MESSIE de HAENDEL
THE MAKING OF

Le MESSIE de HAENDEL

Nul besoin de présenter Le MESSIE de Georg Friedrich Haendel.

L'un des oratorios des plus célèbres et joués dans le monde, l'oeuvre

sacrée est devenu une sacrée oeuvre. Plébiscité autant par le public

que par les interprètes, Le MESSIE est programmé dès que

l'opportunité se présente : de formation de chambre sur instruments

d'époque jusqu'à des exécutions avec des centaines de participants ;

en organisant des rassemblements de choristes ad hoc, appelés

Scratch-Messiah dans les pays anglo-saxons ; en tant que spectacle

scénique ; ou encore le fameux Alleluia en flash-mob.

THE MAKING OF

AD FONTES crée, avec la comédienne Catherine Sparta, un nouveau spectacle autour du

MESSIE, basé sur un livre de l'écrivain Allemand Stéphan Zweig qui raconte la genèse de ce

chef-d'oeuvre absolu.

Stéphan Zweig écrit dans ses Très riches heures de l'humanité douze moments essentiels à ses

yeux dans l'histoire de l'humanité. Parmi ces événements, Le MESSIE, de Haendel, une de ces

oeuvres qui disent tout de l'Homme : son désarroi, ses fautes, sa stature ...

Dans La résurrection de Georges-Frédéric Haendel, Stéphan Zweig narre et commente à sa

manière la fin de la vie du compositeur et la création du MESSIE, composé en 1741 en 21 jours

et autant de nuits, dans le séisme créatif d'un homme ruiné, passé de mode et totalement

désespéré.

Le déclic en aura été un texte comme soufflé par Dieu au modeste Charles Jennens, poète

librettiste avec lequel Haendel avait déjà collaboré. À la lecture du livret, Haendel s'identifie

entièrement au Messie, prenant à son compte le panel d'émotions contrastées et relatées dans

la Passion du Christ. Quand Haendel souffre c'est Dieu

qui le console. Cette évidence le transcende.

Le compositeur devient alors son propre sujet de

création. Il sortira de cette résurrection artistique

totalement métamorphosé. Il n'aura de cesse de montrer

sa profonde gratitude et apportera son soutien aux plus

démunis : pour l'anecdote, le soir de la première

représentation du MESSIE à Dublin, l'intégralité des

recettes furent reversées aux oeuvres de charité.

L'ARGUMENT

L'idée originale de Jan Heiting était d'associer l'écriture de Stéphan Zweig à la musique du

MESSIE. Réunir Haendel et Zweig en un seul spectacle. Le chapitre sur la transe créatrice qui

habite Haendel durant ces 21 jours sera largement restituée.

Pour éviter la monotonie d'une lecture à voix haute, Esther Curzon, la nièce de Charles Jennens,

auteur du MESSIE, que j'incarnerai pour la circonstance, prendra en charge cette évocation. Par

le truchement de ses liens de parentés, elle relatera au public l'immense admiration que son

oncle portait à l'illustre compositeur et comment il a, malgré lui, contribué à la création de cette

oeuvre majeure qu'est le MESSIE. Catherine SPARTA

Pour l'effectif musical j'ai choisi de me rapprocher de la première exécution du MESSIE par

Haendel le 13 avril 1742 à Dublin. L'oeuvre était créée avec un orchestre de chambre de cordes,

deux trompettes, timbales et orgue seulement et un choeur de trois ou quatre chanteurs par

pupitre, les solistes chantant les choeurs également. Jan HEITING

La PRESSE (Le Messie le 18/12/2015 à l'Abbaye de St Victor à Marseille)

Le travail très propre de la direction, un choeur bien en

place et homogène, soutenu par des instrumentistes au

diapason, ont servi avec succès cet oratorio aux dessins

contrapuntiques parfois délicats à mettre en lumière, et

dont le sommet populaire demeure son Alléluia qu'on a

repris, comme de coutume, en bis... le chef, simplement,

se joignant au pupitre des basses !

Jacques Freschel - Zibeline